Lys voyance - tarot de marseille / Vous êtes bien comme vous êtes


#1 22-07-2007 21:09:59

Vous êtes bien comme vous êtes

VOUS ETES BIEN COMME VOUS ETES

Très chère,

Qui peut remplacer la merveille que tu es ? Regarde-toi dans la glace. Tu es unique. Tu es venue ici-bas avec tous tes talents pour les exprimer à ta manière propre et unique.

Qui peut te faire concurrence puisqu’il qu’il n’y a qu’un seul toi. Il n’y a aucune concurrence. C’est une grande illusion. Puisqu’il n’y a qu’une personne exactement comme toi et que c’est toi, comment peut-il y avoir concurrence ? Si tu postules pour un travail, personne ne te fait concurrence. Bien sûr, il s’agit de savoir si le poste est pour toi, mais c’est tout autre chose.

T’est-il jamais arrivé de participer à une course avec personne d’autre ? T’est-il arrivé de faire tes tours de piste en transpirant comme une bête, en étant essoufflée et en ayant l’impression que tu vas t’effondrer et mourir… et puis tu découvres que tu es seule en course ? Dans ce cas, as-tu gagné ou perdu ?

Si tu es seule à participer à la course, qui gagne, qui perd et qui court ?

Personne ne peut te faire concurrence puisqu’il n’y a qu’un seul toi.

Cela signifie que tu apportes ton être dans chaque situation avec ta compréhension, ton expérience, ton attention et ton intentionnalité. C’est à toi seule de décider de la manière dont tu penses, dont tu ressens les choses, dont tu parles et dont tu agis. Il n’y a personne d’autre qui puisse être toi.

Tu es unique, tout comme chacun.

Et puisque nous parlons de ton caractère unique, cela nous amène à une autre idée. Vous êtes nombreux à essayer de plaire aux autres. En faisant cela, vous perdez votre caractère unique, c’est-à-dire votre authenticité. Parmi les situations les plus fréquentes dans lesquelles vous vous perdez vous-même, il y a vos relations intimes. Pour plaire à l’autre, vous pensez, vous faites et vous dites des choses qui ne correspondent pas à votre vrai moi.

Lorsque vous essayez de faire plaisir à quelqu’un et que vous n’êtes pas vous-même, vous perdez, et l’autre perd également. En voici la raison : vous perdez parce que vous vous perdez, vous perdez votre centre et votre manière unique d’être. Qui est cette personne qui dit « oui » alors qu’elle pense « non » ? Qui est celui ou celle qui dit à l’autre personne que peu lui importe si cette autre personne regarde la télévision pendant des heures, fume, boit ou se cache derrière son ordinateur ? Si vous avez une relation avec quelqu’un, pourquoi ne dites-vous pas à votre partenaire ce qui ne vous va pas ?

Cela vient de ce que vous voulez être aimé et que vous avez peur de perdre l’amour de l’autre. Le problème survient lorsque vous faites des compromis avec vous-même, avec vos véritables sentiments et la manière dont vous les exprimez. Dans ce cas, quel est celui ou celle que l’autre aime ? Vous perdez sur les deux tableaux. Vous perdez quand vous n’êtes pas votre vrai moi parce que vous essayez d’être quelqu’un que vous n’êtes pas, alors vous vous perdez vous-même, vous perdez l’être authentique, unique, glorieux, aimant et fabuleux que vous êtes ! Mais vous perdez aussi parce que vous savez quand vous n’êtes pas authentique, si bien que vous savez que la personne avec laquelle vous êtes aime la personne que vous n’êtes pas.

Lorsque vous n’êtes pas authentique, votre partenaire aime la personne que vous n’êtes pas – celle que vous prétendez être !

Servons-nous d’un exemple pour expliquer davantage. Supposons que votre partenaire (dans notre exemple une femme) se retire tous les soirs dans son bureau pour travailler. Cela ne vous plaît pas, mais vous souriez en lui disant qu’elle aille travailler et que vous allez même faire la vaisselle. Et puis, en faisant la vaisselle, vous vous sentez vraiment en colère, mais vous vous dites que vous ne vous comportez pas comme être spirituel. Alors, vous souriez et vous lui apportez une tasse de thé (bien entendu, vous toquez à sa porte avant d’entrer).

Réfléchissez un peu. Vous venez de faire quelque chose que vous ne vouliez pas faire en prétendant que cela vous allait. Et vous l’avez même fait en souriant. Néanmoins, vous auriez préféré passer au moins une partie de la soirée avec votre partenaire. Vous ne lui avez pas demandé si c’était possible. Vous n’avez pas exprimé ce que vous vouliez faire. Il n’est pas exclu que votre partenaire aille tous les soirs dans son bureau parce qu’elle pense que vous préférez regarder la télévision plutôt que parler avec elle. Qui sait ?

Si bien qu’en n’étant pas authentique, vous avez présenté à votre partenaire une autre « personne ». Là, il faut vous arrêter et réfléchir. Votre partenaire reste avec vous parce qu’il est amoureux, ou qu’elle est amoureuse, de « l’autre personne » qui n’existe pas. Vous avez alors peur que si vous lui présentiez la vraie personne que vous êtes, votre partenaire ne vous aimerait pas. Si bien que vous perdez mais que votre partenaire perd aussi parce que vous ne lui avez pas donné la possibilité de vous aimer, d’aimer le vrai « vous ». La situation est perdante des deux côtés.

A présent voyons une autre situation. Supposons que vous rencontriez un homme pour la première fois et que cet homme adore le café. Vous détestez cette mixture et vous le lui dites. Cela lui cause un choc, mais il s’en remet. Vous gagnez, et il gagne. Vous gagnez parce que vous demeurez vrai envers vous-même. Il gagne parce qu’il vous aime comme que vous êtes.

Autre exemple : vous rencontrez une femme qui fume, vous ne fumez pas et vous ne supportez pas le tabac. Elle fume à des moments incroyables, comme le matin alors que vous êtes encore au lit. Vous lui avez dit que vous ne supportiez pas l’odeur, mais elle continue. Eh bien, elle est son moi authentique et vous pouvez alors décider si vous voulez vivre avec une Madame Pompier ou pas. Elle gagne parce qu’elle est elle-même. Vous gagnez parce que vous avez l’opportunité de l’aimer telle qu’elle est.

Ou bien retournons la situation. Vous aimez la chasse aux animaux sauvages, et il est très important que votre partenaire aime faire rôtir avec vous un bon quartier de viande rouge, tandis que vous êtes assis autour d’un feu de camp dans des espaces sauvages. Vous voulez qu’il soit avec vous lorsque vous êtes sur le point de mordre dans le quartier sanguinolent. Vous voulez partager un moment digne d’une photo souvenir. Alors vous lui dites de manger. Il devient légèrement vert et vous annonce qu’il est végétarien et qu’il pensait que vous chassiez avec des fleurs lorsqu’il a accepté de faire partie de l’expédition. Il ajoute qu’il va partir le lendemain matin par le prochain hélicoptère. Vous êtes triste, et pourtant vous gagnez. Inutile de gaspiller votre temps avec quelqu’un qui n’aime pas un bon quartier de viande rouge de temps en temps.

Eh bien, vous comprenez maintenant. Nous nous servons d’exemples absurdes pour qu’un concept se loge à sa place. Quel que soit ce que vous cachez, ne le cachez pas. C’est le problème de bien des couples. On a tendance à cacher ce qu’on pense déplaisant pour l’autre afin d’être aimé. Lorsque vous vous aimez assez pour être vous-même, vous ne trouvez pas nécessaire de cacher qui vous êtes vraiment. Et c’est alors que vous êtes ouvert au fait d’être aimé par quelqu’un d’autre.

Lorsque vous trouverez quelqu’un qui a les bonnes vibrations, vous le saurez et alors rien d’autre n’aura d’importance. Dans une relation, une communication claire comme du cristal permet aux cloches de carillonner. Toutes les habitudes ont la possibilité d’être changées. Si vous savez que la personne est pour vous, vous pouvez changer des habitudes superficielles sans faire de compromis avec vous-même. Cependant, si vous faites régulièrement des compromis, vous allez vous perdre vous-même. C’est un paradoxe. Soyez vous-même. Cela suffit. Si vous aimez le travail, trouvez quelqu’un de passionné par le travail pour partager votre vie. Si vous devez faire des sauts en chute libre et que vous ne puissiez vivre avec quelqu’un qui ne pratique pas cette activité, ouvrez les yeux lorsque vous sauterez de l’avion. Bon sang, voilà qu’il ou elle est là en train de chuter dans les airs avec vous. S’il vous faut simplement rencontrer quelqu’un qui parle votre langue, par exemple le lëtzebuergesch, vous feriez bien de rester au Luxembourg ou en Belgique où vous aurez davantage de chance. Bref, vous voyez l’idée.

La personne que vous recherchez vous recherche.

Vous remarquerez que nous disons souvent une certaine chose pour apparemment dire l’inverse plus tard… Nos enseignements ne sont pas nécessairement uniformes, parce que nous sommes ici pour vous aider à passer au-delà de votre compréhension. Ceux d’entre vous qui veulent comprendre ne comprendront pas. Et ceux qui ne comprennent pas comprendront.

Certains parmi vous ont été perturbés par le dernier message : « Vous n’avez pas le temps de perdre du temps. » C’est bien. Cela prouve que vous avez écouté ! En fait, le plus perturbant à propos de ce message est l’idée que vous créez votre propre réalité par vos souhaits et vos désirs. Certains ont dit que ça n’était pas très « spirituel », et qu’il était mieux d’attendre que le Saint-Esprit vous envoie la bonne personne, le bon travail, la bonne maison, etc. Eh bien, d’accord. Allez-y et attendez !

Qui crée ? C’est vous – de concert avec la Force Universelle, quel que soit le nom que vous lui donniez.

Quand créez-vous ? Tout le temps – depuis le moment de votre naissance jusqu’à celui de votre mort.

Que créez-vous ? Tout ce sur quoi vous focalisez votre énergie – que ce soit positif ou négatif. « Je veux » ou « je ne veux pas » amène les mêmes résultats – vous obtenez ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas.

Certains d’entre vous ont eu l’impression que ce n’était pas « spirituel » de désigner ce que vous vouliez. Lorsque nous vous avons demandé d’être clair, nous ne voulions pas dire que vous deviez imaginer tout jusqu’au moindre détail – bien que cela ne soit pas une mauvaise idée. Certains parmi vous voulaient laisser un peu d’espace pour que « l’Esprit » agisse et vous dirige. Quand l’Esprit – ou l’Univers – ne vous dirige-t-il pas ? Est-ce que vous pouvez dire : « Eh bien maintenant je vais créer ceci sans l’aide de l’Univers ». Allez-y, essayez. Nous vous assurons que vous n’irez pas bien loin, car il n’est rien qui puisse être créé en dehors de l’Univers.

Nous parlions d’utiliser votre bon sens. Si vous avez cinq enfants, ne recherchez pas une maison de deux pièces. Si vous passez quatre-vingt-dix pour cent de votre temps à faire de la recherche dans le désert, ne choisissez pas comme partenaire quelqu’un qui est allergique au soleil. Si vous avez un budget de quatre cent mille euros pour l’achat d’une maison, n’allez pas voir celles qui valent deux millions. Autrement dit, donnez à l’Univers une certaine idée de ce que vous voulez et de ce dont vous avez besoin.

Certains parmi vous ont été consternés lorsque nous avons dit que si vous n’aimiez pas les enfants et que vous ne vouliez pas être avec des enfants, il valait mieux passer votre chemin si vous rencontrez quelqu’un avec ces adorables créatures. Nous maintenons cela. Les enfants n’ont vraiment pas besoin d’être avec quelqu’un qui ne veut pas être avec eux parce que ce quelqu’un est amoureux de leur père ou de leur mère. Les personnes avec des enfants se présentent comme un tout forfaitaire : aimez-les ou laissez-les… tranquilles ! Donnez aux enfants la chance d’être aimé par un autre adulte. Si vous avez soixante-dix ans et que vous rencontrez un homme de quarante ans avec cinq enfants, regardez-y à deux fois. Vous pouvez peut-être vouloir passer votre temps à faire autre chose. Cela dit, si deux personnes sont authentiques et communiquent, il existe des façons de gérer toute chose. Pendant le week-end, il a les enfants, tandis que vous avez les musées et votre cours d’art. Bref, vous avez compris.

Et ceci nous amène au concept de création. C’est une valse à deux temps. Premier temps, vous choisissez votre partenaire – ou vous décidez de ce que vous voulez, avec qui vous voulez danser. Deuxième temps, dansez – ou agissez. Si vous voulez un travail, sortez et cherchez-en un. Si vous voulez prendre des vacances, allez dans une agence de voyage. Rappelez-vous que le plus grand des gourous doit encore acheter un billet d’avion jusqu’à ce qu’il (ou qu’elle) apprenne à être à deux endroits à la fois à volonté !

Et puis, s’il vous plaît, ne vous inquiétez pas si vous choisissez quelque chose et que la personne ou la chose n’est pas pour vous. Il y a toujours de la place pour l’Intervention Divine. Si quelque chose n’est pas pour vous, cela ne vous viendra pas. Est-ce clair ? Une bonne manière de manifester quelque chose consiste à vous focaliser sur ce que vous voulez vraiment, en ajoutant toujours l’idée que vous voulez ce que vous désirez ou bien une personne ou une chose encore plus désirable choisie par le Divin. Parfois, vous ne pensez pas assez grand. Laissez la Force Universelle vous aider sur ce point.

Alors, soyez vous-même. De toute manière, qui d’autre pouvez-vous être ? Dansez les deux temps – le désir (la focalisation) plus l’action égale résultats, toujours. Prenez plaisir. Vous n’avez pas le temps de perdre du temps.
Nous sommes avec vous parce que nous ne pouvons pas ne pas l’être.
(Message reçu par Phoebe Lauren.)

 

Pied de page des forums


Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005
Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr
Admin